Lâcher-prise ! Quels attracteurs pour la performance ?

Lâcher-prise, truc de « gourou », vraiment ?

Le « lâcher-prise » est plus efficace en environnement complexe que nos habitudes tenaces de tout contrôler. Ou « comment faire émerger la performance plutôt que surveiller des KPI ».

Vous avez certainement entendu des mots tels que « secte des agilistes », « gourou du coaching » ou encore « le jeu dans l’entreprise, mais c’est une blague ! ». Les théories de la complexité, de la psychologie, la théorie des jeux, les neurosciences constituent , avec la connaissance empirique, le socle des pratiques « modernes » de management et de gestion de projet telles que l’agilité, le lean, le coaching systémique, etc. Je voudrais ici mettre en évidence ces fondements scientifiques et formels. Pour renforcer la crédibilité de ces outils auprès des décideurs et vous permettre d’approfondir les mécanismes qui rendent si puissants ces outils et ces pratiques. Essayons d’appliquer cela dans le match Contrôle VS Lâcher-prise : pourquoi la réduction du contrôle au profit de l’autonomie des équipes est un choix nécessaire.

L’Entreprise face à la complexité

« Manager : réussir face à la complexité et l’incertitude »

Les articles, formations ou événements sur le thème du management de la complexité abondent. La complexité se caractérise par le nombre d’interactions entre les éléments d’un système… Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le quotidien de nos entreprises est diablement complexe ! Même pour une petite structure, rien ne peut se faire sans prendre en compte les liens avec les investisseurs, clients, administration, partenaires et fournisseurs etc. C’est aussi le cas dans l’entreprise, les liens, nombreux en quantité et en nature forment un tissu dense, dont il est illusoire de vouloir contrôler le fonctionnement.

« Quoi ? Contrôler ? Impossible ? Vous rigolez ou quoi, on ne joue pas les résultats annuels de l’Entreprise aux dés ! »

Nous y voilà.

L’Entreprise veut -non, elle « doit »- garantir des résultats. Elle doit lutter contre le chaos, sans laisser de place au hasard. Alors les intitulés ronflants des gourous de la complexité, ça sonne bien, mais est-ce vraiment du solide ? Qu’est-ce qu’il y a de vraiment efficace dans ces démarches qui vous promettent de « trouver de nouvelles stratégies pour résoudre des situations de blocage, appréhender les réalités complexes et s’améliorer par une approche systémique1 pour mieux intégrer le jeu des interactions » ?

Systèmes dynamiques et attracteurs

Guider l’Entreprise vers la performance par une approche systémique ce n’est pas jouer les résultats du semestre aux dés. Une entreprise est un système dynamique, autrement dit un ensemble de composants en interaction, un système. Le résultat de son fonctionnement donne avouons-le parfois l’impression d’être un peu chaotique. Une sorte de bateau ivre chahuté par les flots et à bord duquel les marins n’agissent pas tout à fait de manière coordonnée et cohérente. Qu’est-ce qui les enivre ainsi ? Qu’est-ce qui au contraire peut les conduire à mieux naviguer ensemble ?

Atractor_Poisson_Saturne
Représentation visuelle d’un attracteur étrange

Le phare dans le chaos des systèmes dynamiques c’est l’attracteur. En maths, c’est un ensemble-limite vers lequel le système évolue de façon irréversible en l’absence de perturbations. Et c’est un moyen d’influer sur le comportement d’un système complexe sans avoir à calculer finement le comportement d’un grand nombre d’événements qui interagissent. Les physiciens utilisent cela pour calculer les moyens de confinement des plasmas dans les réacteurs tels que ITER, le plus grand Tokamak du monde.

 

220px-MulticolorLangtonsAnt
Fourmi de Langton

Un exemple d’attracteur assez connu est la fourmi de Langron. C’est un modèle mathématique sans application concrète mais qui illustre assez explicitement comment l’ordre émerge du chaos dans certaines situations. En règle générale, la connaissance des attracteurs permet de savoir partiellement (au moins statistiquement) ce qui va émerger du chaos, alors que la connaissance des éléments individuels du système chaotique n’y aide pas particulièrement2.

Lâcher-prise : réussir sans tout contrôler

Résumons : un attracteur c’est un outil mathématique utile aux physiciens pour contrôler des systèmes dynamiques complexes sans pour autant contrôler chaque des composant du système. Et si on essayait de trouver les attracteurs pour aider les entreprises à naviguer sur l’océan de la complexité ? Et si en fait, toutes les tentatives de faire émerger l’ordre du chaos dans nos entreprise étaient des sortes d’attracteurs ?

Bien entendu tout cela n’est qu’une métaphore, il ne s’agit pas d’une lecture mathématicienne et pompeuse de l’organisation ou du management. Non, juste une manière de nous rappeler que nos organisations sont régies par des mécanismes similaires à tous les systèmes complexes. Et une invitation à favoriser plutôt des pratiques de management ou de gestion de projet qui permettent de faire émerger la performance en jouant sur le cadre, plutôt que des outils ou méthodes de contrôle de l’organisation (individus, départements, …). Après avoir essayé des modèles plus ou moins compliqués pour contrôler les composantes de nos organisations complexes (métriques, KPI, tableaux de bords prospectifs, primes, structures, processus, comités), il est temps d’aborder des approches plus simples et moins déterministes. Cela nécessite de lâcher-prise sur un certain nombre d’habitudes et de questionner nos besoins profonds en tant que managers. Pourquoi ai-je besoin de tout contrôler ? Que représente le pouvoir pour moi ?

Pour conclure, je vous propose cette magistrale présentation de Yves Morieux qui illustre assez bien l’inadaptation d’approches de type « command & control » en environnement complexe. Il propose 6 règles qui sont certainement discutables quand on les pose ainsi comme des évidences. J’espère que le présent article vous permettra de les aborder avec un regard différent. Et si ce genre de règles agissait comme autant d’attracteurs capables de faire émerger l’ordre du chaos ?

Yves Morieux, 6 règles pour simplifier le travail de plus en plus complexe
Yves Morieux, 6 règles pour simplifier le travail de plus en plus complexe

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *