Survivre au chaos – La vie romancée de l’Entreprise

Les histoires de l’oncle Pierre #1

Les histoires, c’est notre enfance, c’est parfois le conte ou plus souvent aujourd’hui le roman ou le film. Sa force d’évocation puise au plus profond d’entre nous. Voici une histoire qui parle de l’Entreprise. De ses difficultés à inventer son avenir dans un monde fait de complications et de complexité.

Navigation par mauvaise visibilité

Jean est à la tête de l’Entreprise depuis deux ans. Avant, il avait déjà un rôle central, c’est sur lui que reposait la conquête de nouveaux clients, le contrôle de la bonne marche des projets, la surveillance opérationnelle des marges au quotidien. Son ambition c’est de développer l’Entreprise, d’élargir sa gamme de produits et sa base de clientèle. Depuis sa nomination, il a lancé plusieurs projets innovants qui lui tenaient à cœur. Un an de travail pour les faire aboutir. Il en est certain, c’est l’avenir et les clients vont plébisciter ces nouveaux produits… Bientôt.

Mais l’année passée était terne, le commerce peine encore à trouver ces nouveaux marché dont l’entreprise a besoin. La concurrence est si vive, chaque décision dépend de tellement de facteurs, l’environnement change si vite, Jean dit parfois qu’il doit piloter un électron au milieu d’un plasma en fusion. Pour réussir à se développer, l’Entreprise doit avant tout survivre. Pas facile de voir loin dans cette purée de pois !
Alors Jean ne ménage pas sa peine. Il est là dès l’aube et ne part jamais avant vingt heures. Pour maximiser les chances de succès, il est présent sur tous les fronts, relit un maximum de choses, vérifie et corrige, souligne les erreurs pour qu’elles ne se reproduisent pas, hausse le ton parfois, parce que c’est nécessaire. L’Entreprise est un grand navire chahuté sur un océan qui ne cesse de changer d’humeur, il faut un chef vaillant à la barre. Il faut être compétent, vif, performant, aux aguets. Souvent Jean se demande ce qui se passerait s’il n’était pas là pour « assurer ».

La confiance ? Facile à dire…

Pierre apprécie Jean, ils se connaissent depuis trois ans et Pierre sait combien Jean est travailleur, scrupuleux et en même temps, au fond, soucieux de l’autre. C’est quand Pierre a senti ce fond d’humanité sincère chez Jean qu’il a décidé de rejoindre l’Entreprise. Pierre a besoin de ces sensations positives pour aller de l’avant. Et depuis quelque temps, il est un peu … en manque. Quand il propose des solutions un peu différentes, il entend souvent « je crains que… », « tu sais, chat échaudé… », « Jean va nous démonter si on fait ça… ». Il est inquiet pour l’Entreprise et pour ses membres d’équipage. L’Entreprise doit survivre, et pour cela l’équipage doit innover, atteindre les objectifs, s’impliquer. Comment est-ce possible quand les réactions sont aussi tièdes, que certains même parlent de quitter le navire ?

Alors ils ont discuté. Jean sent bien que l’Entreprise est en danger, qu’il faut lever les freins qui bloquent l’élan des collaborateurs. Et il est un peu déstabilisé quand Pierre lui parle de confiance, de réactions de peur, de situations où les gens se sentent même humiliés, quand on critique vertement leur travail.
Mais il est pas « psy », Jean. Et il n’a pas le droit de jouer aux dés les résultats de chaque année. Il a besoin de certitudes, de déterminisme, de rigueur. D’ailleurs Sylvie, la présidente elle n’en a rien à faire de la confiance, des subtilités, elle veut des résultats, et vite. Et les actionnaires n’attendront pas.
Ce qu’on n’a pas atteint l’an dernier on l’a d’ailleurs ajouté aux objectifs de cette année. Le plan stratégique est sur trois ans, alors bouchées doubles, pression sur le commerce, peu importe, on va y arriver, « Je vous fais confiance, Jean ».
Et Jean est sous pression. Pas étonnant qu’il soit un peu moins disponible pour les gens, Jean…

Management 3.0, mirage ou phare dans la nuit ?

Comme l’activité est morne, Pierre a un peu de temps. Il repense aux équipes qu’il a gérées depuis plus de 25 ans qu’il travaille, qu’il « assume des responsabilités » dans un monde changeant, avec des dépendances dans tous les sens. Il approfondit ses connaissances sur les entreprises qui réussissent, les méthodes qu’elles utilisent, les choix qu’elles font, les changement radicaux qu’elles ont osé faire. Il a décidé qu’il consacrerait désormais son temps professionnel à les aider à évoluer, à se transformer.

L’Entreprise est dirigée, contrôlée, par des patrons brillants et très travailleurs. Ils assument de très lourdes responsabilités et méritent donc un gros salaire, une place de parking réservée, une voiture de fonction, la déférence des employés. Et jusque là l’Entreprise a survécu. Plus de 50 ans, c’est un beau résultat. Mais dans cinq ans, est-ce que l’Entreprise sera toujours là ? Comment garantir sa survie dans un environnement aussi instable ? Comment faire pour qu’elle reste performante, moderne, profitable, durable ?

Ce blog, c’est aussi un peu l’histoire de tous les « Pierre », qui essaient d’accompagner la transformation des équipes projet et des entreprises pour réussir dans ce monde, parfois si proche du chaos.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *